Mot de la présidente


La pédophilie est définie par l’Organisation Mondiale de la santé comme l’attirance sexuelle pour les
enfants qui résulte d’un trouble de la préférence sexuelle. Le terme de pédophilie recouvre des pratiques sexuelles assez diversifiées. L’attirance sexuelle peut s’exercer de façon exclusive ou non envers de jeunes enfants, voire des bébés, ou envers des préadolescents. Cette attirance peut être homosexuelle ou hétérosexuelle,de type incestueux (relations sexuelles entre les membres proches d’une même famille) ou non.Il existe des formes de pédophilie très différentes et de gravite variable. Il faut toutefois insister sur le fait qu’’il n’existe pas de pédophiles ≪ doux ≫ qui ne feraient pas de mal aux enfants. Des actes graves peuvent être commis par des personnes qui, jusque la, n’avaient qu’’une pédophilie ≪ latente ≫, voire inconsciente. Inversement, d’autres personnes ne passent pas a l’acte, alors même qu’’elles sont la proie de fantasmes sexuels, très envahissants, envers les enfants. Le passage à l’acte peut être favorise par un événement ou des circonstances particulières, période de solitude ou de dépression, ou encore l’abus d’alcool ou de drogues, qui libèrent des représentations sexuelles jusque-là maitrisées. La pédophilie désigne donc un trouble psychosexuel de l’adulte qui n’est pas punissable en tant que tel ; seuls les passages à l’acte sont punis. Le terme de pédophilie ne figure pas dans le code pénal : celui-ci énumère les agissements sexuels déclarés punissables par le législateur. Les personnes qui se rendent coupables d’actes de ≪ pédophilie ≫ sont aussi diverses que les agissements vises par ce terme. Impossible de faire le portrait type du sujet pédophile. Les causes de ses actes sont multiples, à la fois éducatives, psychologiques, biologiques, culturelles, etc. Pour cerner la personnalité des agresseurs, les psychologues proposent diverses explications et hypothèses qui restent à vérifier selon les cas particuliers.
On peut s’accorder sur le fait que, dans la grande majorité des cas, l’agresseur est connu de ses victimes et ressemble a Monsieur-tout-le-monde. Il peut être marie et avoir lui-même des enfants, mener une vie sociale normale, jouir de l’estime de son entourage, et occuper parfois une position d’autorité et de confiance. Il peut appartenir a toutes les catégories sociales, exercer toutes les professions (mais, il n’est pas étonnant qu’’il ait choisi un métier en relation avec des enfants) et passer a l’acte a n’importe quel moment de sa vie.
En dehors des conduites répréhensibles, aucun critère ne permet de ≪reconnaitre ≫ à coup sur ce type de personnalité. L’expérience montre cependant que les abus graves sont souvent précédés par des alertes (gestes déplacés, comportements malsains, plaintes classées…), et qu’’ils sont souvent facilites par l’aveuglement ou le silence de l’entourage.Si la grande majorité des personnes pédophiles sont des hommes, il existe aussi des femmes : le phénomène est plus cache, en raison de l’accès plus naturel de celles-ci au corps des enfants, mais il a aussi des conséquences graves. Certaines font preuve également de complicité passive vis-à-vis des actes commis par leurs conjoints.
Parfoi,l’agresseur est un adolescent qui, ce n’est pas rare, a lui-même subi des abus sexuels dans son enfance.
Sur le plan psychique, la communauté scientifique reconnait qu’’il peut y avoir plusieurs classifications typologiques qui se croisent. L’immaturité affective, l’inadaptation de la relation à l’autre, la confusion entre des images mentales et la réalité, sont un fonds commun dont se détachent globalement plusieurs profils.
L’organisation « Touche Pas à Mon Enfants » a été créée le 2 juillet 2004,en tant que valeur ajoutée et avec une préoccupation commune avec d’autres institutions à savoir la protection de l’enfant, la préservation des ses droits et la lutte contre toute forme d’abus à son encontre et notamment les agressions sexuelles.
L’organisation a travaillé, pendant dix ans, sur tous les dossiers des agressions. Son travail consistait à représenter les victimes devant les tribunaux, à leur chercher des possibilités de réinsertion et à organiser des compagnes de sensibilisation en coordination avec tous les acteurs concernés. Ses activités ont reçu une intense couverture médiatique dans les médias écrits et audiovisuels tant au niveau national qu’international. Ce qui a donné, à l’organisation, un grand Rayonnement et une grande crédibilité.
L’organisation travaille sur un programme visant à l’élargissement des membres, la création d’une dynamique officielle et permanente de travail au sein de l’organisation, la recherche de moyens de financement pour faire face aux dépenses et charges liées à la gestion quotidienne et périodique de l’organisation. « Touche Pas à Mon Enfants » travaille aussi sur la mise en place de programmes communs avec des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux afin de mettre fin au phénomène de l’exploitation sexuelle des enfants.